Salon Expo-l@ngues, les 6-9 février 2013

expolanguesJ’ai pu me rendre à  Expo-l@ngues les 6 et 8 février derniers et malgré une édition spéciale numérique je rentre assez déçue. Des visiteurs professionnels rencontrés sur place n’étaient guère plus enthousiastes.

Une première conférence annonçait pourtant la révolution numérique des ressources linguistiques. Introduite par le directeur de Vocable, celui-ci a repris les poncifs habituels sur le corps enseignant freinant les innovations et percevant les entreprises comme les loups dans la bergerie (on observe pourtant un nombre croissant de partenariats Éducation Nationale / entreprise privée) et réaffirmant la concordance des outils du Web 2.0 avec la perspective actionnelle. Un certain nombre de ces outils et leurs avantages ont été passés en revue sans grande nouveauté (motivation, authenticité, interaction, collaboration, …) par différents intervenants. Il a été rappelé qu’il ne fallait pas céder à la séduction et qu’en ce sens, le projet devait toujours définir la pertinence d’une ressource et non l’inverse !

Telecom Paris Tech a par contre présenté un projet qui m’a semblé très intéressant : « Cross-Cultural Connections » débuté en 2003 entre Paris et le Smith College (États-Unis). Pendant un semestre, les étudiants se retrouvent pour des conversations hebdomadaires en temps réel, grâce à des caméras Web (petits groupes) et lors de visioconférences (deux classes entières). Leurs conversations synchrones sont nourries par une série d’activités asynchrones (questionnaires Cultura, forums, autobiographies, images culturelles, « paquet culturel », comparaisons de films, échanges de musique) qui se déroulent tout au long du semestre et visent à accroître, grâce à une approche comparative, leurs compétences linguistiques et interculturelles.

Une information attrapée au vol lors d’une autre conférence et émanant de la responsable de centre de ressources des langues de Paris 7 (et à laquelle j’ai encore du mal à croire) : 65 % des étudiants en 1ère année de licence auraient un niveau compris entre le A1 et le A2 ….pourcentage qui en dit long sur le niveau français en langue étrangère.

Étonnant aussi, sur les stands et malgré le thème du numérique, un ou deux TBI, un seul fournisseur de solutions de baladodiffusion, peu de présentations d’outils numériques. Certains éditeurs ont bien ajouté des « i tools » à leur offre ou proposent des contenus numérisés mais la promotion en était plutôt timide …

L’offre était par contre riche pour les séjours linguistiques et l’édition papier. Toutes ces sociétés engagées dans l’économie papier ont-elles du mal à trouver un modèle économique numérique satisfaisant ? Il faut par exemple regarder dans le catalogue de CLE International pour voir leurs nouveautés 2012-13 : tablettes et smartphones avec des contenus numériques originaux … Je n’ai rien vu sur leur stand…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s